MàJ archives au 26 juillet 2021 :

> l'Etat peut-il réduire l'augmentation généralisée des biens et des services ?

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : infos Mots clés : aucun
article du 28 septembre 2021 :



                               Bien évidemment NON ! Même s'il le peut, il ne le veut surtout pas ! 

Tout bien, tout service qui augmente, permet à l'Etat - avec les impôts indirects et les taxes très diverses et très variées - d'encaisser plus d'argent. Il en va pour l'Etat comme des multinationales, TOUJOURS PLUS et ENCORE PLUS. Il en est même arrivé à mettre de taxes sur les taxes !!!

Et, comme il s'agit d'impôts indirects et taxes, seuls les moins riches en subissent frontalement le choc avec une perte certaine de pouvoir d'achat. L'objectif des ultralibéraux : appauvrir pour déclasser les populations, cela a été fait avec la classe ouvrière de plus en plus pauvre, et depuis Macron, c'est la classe moyenne (basse et moyenne) qu'ils appauvrissent,... Depuis des années, l'objectif des gouvernements successifs a été de réduire les impôts directs ( qui touchent les plus les riches ) pour augmenter les impôts et taxes indirectes ( qui touchent beaucoup plus les moins riches ).

Que pouvons-nous y faire, facile : surtout ne pas voter pour la droite ni celle déguisée en gauche, quoiqu'ils promettent ( ils ne tiendront jamais leurs belles promesses faites aux électeurs de la France d'en-bas ), c'est la seule solution, vous avez compris les moutons, la droite, c'est vraiment pas bon pour nous ! Sinon, ne vous leurrez pas, ils nous font avancer lentement mais surement vers l'abattoir...

 et ce jour 30 septembre 2021 : comme prévu, Castex à la TV n'envisage PAS DU TOUT de réduire les taxes, y compris les taxes sur les taxes !!! Quelques étalements de prix qui n'empêcheront évidemment pas les gens de payer les factures et - en quelque sorte à crédit - toutes les augmentations massives successives. Les cadeaux par dizaines de milliards en macronie, c'est uniquement pour les entreprises qui s'en goinfrent,...

brève - ʕʘ̅͜ʘ̅ʔ -

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : brèves Mots clés : aucun

                                " Si on s’en tient aux chômeurs de catégorie A (sans aucune activité), il y a aujourd’hui un poste vacant pour treize chômeurs. En élargissant aux demandeurs d’emploi au sens plus large (avec les chômeurs de catégorie B et C), on arrive à un poste pour 22 demandeurs d’emploi. Sachant que pour qu’un emploi soit considéré comme vacant, il faut que «des démarches actives soient entreprises pour trouver un candidat convenable». Il correspond dans seulement 48 % des cas à un emploi réellement inoccupé. Dans les autres, cas, le poste à pourvoir est soit nouvellement créé, soit sur le point de se libérer. "

> élection présidentielle au 28 septembre 2021 : les candidats qui intéressent les français et ceux qui les intéressent moins...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : infos Mots clés : aucun
                         Ces résultats concernent les candidats déclarés ou susceptibles de l'être...

 résultats établis au 28 septembre 2021 à l'aide d'un algorithme personnel, suite au choix des verts sur Jadot. Ils doivent être loin de ceux des instituts de sondage manipulés ou des médias aux ordres, toutefois, certainement pas très loin de la vérité du moment...

> ceux qui intéressent très fortement :
1er sur 29 :   2ème sur 29 :

> ceux qui intéressent fortement :
3ème sur 28 : 4ème sur 29 : 5ème sur 29 :

> ceux qui intéressent :
6ème sur 29 : 7ème sur 29 : 8ème sur 29 : 9ème sur 29 :

> ceux qui intéressent un peu :
10ème sur 29 : 11ème sur 29 : 12ème sur 29 : 13ème sur 29 : 14ème sur 29 : 15ème sur 29 : 16ème sur 29 : 17ème sur 29 : 18ème sur 29 : 19ème sur 29 :  

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

> ceux qui intéressent moins :
20ème sur 29 : 21ème sur 29 : 22ème sur 29 : 23ème sur 29 : 24ème sur 29 : 25ème sur 29 :

> ceux qui intéressent encore moins :
26ème sur 29 : 27ème sur 29 :

> ceux qui intéressent pas :
28ème sur 29 : 29ème sur 29 :

>>> les précédents résultats du 4 septembre 2021 >>> ici

> les inégalités entre les territoires deviennent des inégalités au sein des territoires

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : infos Mots clés : aucun

                              À entendre les commentateurs, les politiques et particulièrement les élus locaux, la cause est entendue : les inégalités territoriales augmentent, les territoires « oubliés » se multiplient. Ce ne n’est plus la mais davantage les fractures territoriales que l’on dénonce. Pourtant, en regard, inlassablement mais de façon quasi inaudible, la parole experte fait un constat opposé : l’État n’a pas oublié les territoires. (...)

          Si la capacité de choix de ses territoires de vie n’est pas égale pour tous, il n’en reste pas moins que cette relation moins contrainte au territoire est largement partagée : comment ignorer par exemple que les difficultés de la Seine-Saint-Denis tiennent moins à la concentration de populations pauvres et fragiles qu’au constant renouvellement de ces dernières ? Et faut-il rappeler que ce sont des départements du sud de la France (Pyrénées-Orientales, Aude…) qui concentrent le plus grand nombre de titulaires des minima sociaux, en raison de l’accueil massif de ces populations venues du de la région capitale ou des Hauts-de-France ?
Ces mobilités de tous ordres ont engendré une perte de repères généralisée. Comment ainsi décrire la géographie de la pauvreté ? Certes, les pauvres sont bien plus nombreux en valeur absolue, dans les centres urbains que dans les campagnes, mais en valeur relative, la perception peut s’inverser. L’ordre social ne se reflète plus mécaniquement dans l’espace. (...)



          Faute de pouvoir garantir l’acceptabilité politique d’un ciblage prioritaire de l’intervention de l’État, le saupoudrage est généralisé, à la satisfaction à court terme du plus grand nombre, mais au risque de l’inefficacité. Ce traitement exhaustif s’attache au symptôme (la plainte des territoires) mais pas aux causes (les disparités). Que peut-on attendre d’un traitement à l’identique de Saint-Dizier et de Bayonne, d’une ville moyenne à l’arrêt et d’une autre sous pression ? (...) - source -

 Tiens ? en dehors du Nord, du Pas-de-Calais, des Ardennes et du Gard, les départements Pyrénées orientales (le plus), Aude et Ariège concentrent un % de RSAistes important par rapport au nombre d'allocataires ; à l'inverse, un % faible en Ille-et-Vilaine, Vendée, Ain, Savoie et Haute-Savoie (le moins).

> institutions culturelles : l’éternel retour de la question des prix d’entrée

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : infos Mots clés : aucun

                              (...) le phénomène d’élitisation des institutions culturelles et d’exclusion des catégories les plus populaires (attesté par la dernière enquête sur les Pratiques culturelles des Français, même si l’effacement de la catégorie « ouvrier » apparaît comment un moyen d’en euphémiser la portée) apparaît comme en partie corrélé – bien que ce ne soit pas la seule explication – avec l’augmentation des prix que l’on observe depuis une vingtaine d’années. (...)
          la logique d’augmentation des ressources propres des institutions culturelles, encouragée par les pouvoirs publics, entre progressivement en contradiction avec la mission qui leur est fixée par la collectivité publique, à savoir un accès le plus large possible aux productions de l’art, de la science et de l’esprit. (...)
          Du reste, prétendre agir en faveur de la démocratisation de la culture en accompagnant l’augmentation des prix par des mesures en faveur des jeunes et des publics relevant du « champ social » semble vain et inopérant.
          Voici ce qu’indique la dernière publication du ministère de la Culture portant sur la fréquentation du patrimoine (Patrimostat, septembre 2021) :
. 4 Français sur 10 ont renoncé à une visite au cours de l’année 2019 en raison d’un tarif jugé trop élevé. Le renoncement est plus important chez les individus disposant de revenus inférieurs au revenu médian (50 %).
. dans 82 % des cas de renoncement, le plein tarif était supérieur à 10 €. 74 % auraient accepté de s’acquitter d’un tarif adulte inférieur à 11 €.
          Or, comme l’indique le ministère de la Culture dans la même publication, « entre 2010 et 2020, les tarifs d’entrée des musées nationaux ont augmenté en moyenne de 37 %. Cette évolution des tarifs est nettement supérieure au taux d’inflation en France (+11,3 % entre 2010 et 2020). » (...) source -

 perso, je me suis fait une raison : bien que je voudrais y aller, je ne vais plus dans les musées car, les entrées sont devenues trop chères, pour mes ressources qui n'ont pas augmenté depuis plus de 10 ans, et, ils sont généralement situés au centre des villes d'accès et stationnement très difficiles et prohibitifs. Effectivement, sur les actions calculées des gouvernements successifs, la culture semble, aujourd'hui, réservée à la partie la plus riche de la population. Mais bon, la culture pense l' "élite" ultra-libérale, c'est pas fait pour ceux qui sont rien, n'est-pas ? Pour eux, il y a les télés abrutissantes, les matchs de foot, les séries tv débilitantes, facebook ou tiktok, ... A l'opposé, il suffit de lire par exemple les commentaires des jeunes bobos parigots verdoyants de reddit/france pour constater, là encore, la pauvreté intellectuelle et la stupidité de leurs auteurs...

> malgré le Covid, plus de 5.700 lits fermés à l'hôpital en 2020

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun

                                Une politique qui a pour conséquence directe la fermeture de cliniques et d'hôpitaux. “Il y a des chiffres qui piquent bien plus qu’une aiguille”, clame une récente campagne du ministère de la Santé. Un slogan qui pourrait s’appliquer aux chiffres dévoilés ce mercredi 29 septembre par l’institution. Plus de 5.700 lits d’hospitalisation complète ont effectivement été fermés en 2020 dans les établissements de santé français, qui ont créé dans le même temps, près de 1.400 places d’hospitalisation partielle, selon une étude du ministère. (...)
         Le covid-19 n’a donc pas interrompu la réduction inexorable des capacités hospitalières. Au contraire, la crise sanitaire a en partie amplifié les fermetures de lits. (...) source -

 Eviter de former des infirmières et des médecins a permis, pour nos chers présidents et gouvernements successifs : LR, PS et Verts, LREM et MODEM, de trouver la bonne excuse du manque de personnel, à cause desquels les macronistes en tête - beaux hypocrites avec des larmes de requins - ferment des milliers de lits !!! Un énorme foutage de gueule !!! 
          Si vous voulez, entre autres, encore moins de lits d'hospitalisation, d'hôpitaux, d'opérations et crever en souffrance chez vous - car il n'y aura pas de place pour vous dans les hôpitaux et le privé vous demandera 25.000€ -, votez LREM, MODEM, LR, Verts ou PS ; grâce à eux, La France devient de plus en plus un pays à une santé digne d'un pays du tiers-monde...
          Sans oublier les multinationales de la "santé" qui rachètent à tout va les cliniques privées ( toutes dans mon département ont été ainsi vendues ) pour former des entités capables de faire plier les Etats pour 1°) augmenter un max des prix ( comme au USA ) et 2°) goinfrer leurs actionnaires...
          Le monde craque de toute part, vous ne l'entendez pas ? Et, ce sont les peuples qui vont payer...

brève - ʕʘ̅͜ʘ̅ʔ -

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : brèves Mots clés : aucun
 
                              Seul contre tous, mériter sa place, voire son costume de président ? Trois récents ouvrages se penchent opportunément sur les illusions de l’idéologie méritocratique. La sociologue Annabelle Allouch y voit un acte de foi qui vise avant tout « le contrôle pour une lecture inégalitaire du monde ».
Le fameux modèle social du « premier de cordée » : avec le néolibéralisme, « la figure d’un individu devenu “entrepreneur de lui-même”, pour reprendre les mots de Michel Foucault, devient centrale ». Cet « individualisme forcené » masque les causes des inégalités pour justifier les démesures sociales et les ségrégations spatiales. C’est en ce sens que les discours méritocratiques sont « un enjeu politique central de la fragmentation de nos sociétés ».

> encore une hausse, mini 10%, de l'électricité le 1er janvier 2022

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : dessins presse Mots clés : aucun

 le tout électrique, prôné par l'Europe de merde, empêchera les gens de se déplacer ( trop contrôlé, trop cher,... ). L'abandon des moteurs thermiques concrétisera la perte de nos libertés de déplacements...
Et ce jour, les médias avancent après une augmentation prochaine de 12,6% du prix gaz, une autre augmentation de 15% début novembre !!! 
La facture d'électricité augmentera en correspondance bien sûr elle-aussi... J'ai payé 821€  pour l'année 2010 et 1.469€ pour l'année  2020, soit  80% d'augmentation en 10 ans alors que mes revenus ont pas augmenté d'1 centime !!! Dans 10 ans je passerai l'hiver sans chauffage ??? Il y a de grandes chances avec cette mondialisation et Europe de merde.