votre augure du jour ↣ cliquez ici
" Quiconque a semé des privilèges doit recueillir des révolutions." Claude Tillier

> l'Uber du remplacement des infirmières dans 2800 établissements

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun
    

( Le canard enchaîné du mercredi 27 octobre 2021 )

Hublo, et les heures sup décollent à l'hosto

          Naguère, infirmières et aides-soignantes recevaient souvent des appels les soirs et les week-ends pour remplacer leurs collègues au pied levé. Depuis l'arrivée de Hublo, elles ne subissent presque plus ces intrusions téléphoniques. Née en juin dernier, cette application permet aux cadres de proposer des remplacements et aux soignants du même établissement de mettre du beurre dans leurs épinards en acceptant les heures sup qui leur conviennent.

          Un grand progrès ? Le principe plaît fort aux 2 800 hôpitaux, cliniques et Ehpad, qui proposent 7 000 missions de remplacement par jour. Un peu moins à une partie des 370 000 blouses blanches inscrites, prêtes à accepter toutes les missions et dont les cernes se creusent. Quant aux patients livrés aux bons soins de soignants surmenés, ils auraient le droit d'être sceptiques.

          " Cette application, c'est une catastrophe ", tranche Elise Le Bail, infirmière au CHU de Nantes. Selon elle, l'appli est surutilisée par les femmes en blanc les plus précaires, pour beaucoup, des mères célibataires. Parce qu'elles sont dans le besoin, certaines, ajoute-t-elle, acceptent des postes qui ne relèvent pas de leurs compétences : " Des infirmières en pédiatrie ont remplacé des collègues en psychiatrie, des infirmières en psychiatrie se sont retrouvées dans des services de réanimation... "

          Dans les couloirs, on évoque des lenteurs, voire des boulettes médicales. " Entre le manque de connaissances des services et la fatigue, on ne peut pas exclure les erreurs de diagnostic ou de prise en charge ! " alerte Patrice Le Luel, secrétaire CGT au même CHU. Reposant sur le volontariat, l'appli déréglemente le temps de travail. Une nuit en remplacement peut rapporter jusqu'à 700 euros, contre 150 lors d'un roulement normal, explique Elise Le Bail. Ainsi, les plus précaires s'inscrivent sur tous les créneaux et enchaînent les heures, jusqu'à se retrouver en arrêt maladie et se voir à leur tour remplacées. Selon Patrick Le Luel, Hublo ne pallie ni l'absentéisme croissant ni les roulements trop courts.

L'Uber du remplacement :

          " Ce pourrait être un bel outil, s'il était mieux encadré ! " tempère Patricia Lecot, secrétaire générale de la CFDT en Meurthe-et-Moselle. Antoine Loron, cofondateur de l'application, renvoie la balle aux établissements de santé, qui liaient des abonnements allant de 100 à 9000 euros par mois : ce sont eux qui valident l'inscription et les compétences indiquées par les soignantes. Les notifications, assure-t-il, sont aussi envoyées en fonction des plannings
et des quotas d'heures autorisés.
          Mais les hôpitaux ont-ils vraiment le choix ? Hublo n'est qu'un pansement de fortune posé sur l'immense plaie que représente la pénurie de blouses blanches.

          Le 20 octobre, la Fédération hospitalière de France a indiqué que les établissements médico-sociaux publics enregistraient actuellement un taux d'absentéisme de 10 %, et entre 2 et 5 % de postes vacants de soignantes : du jamais-vu ! Celles qui restent ne sont pas près de prendre des vacances...
Fanny Ruz-Guindos

 Ils ont presque réussi à détruire complètement notre système de santé qui était l'un des meilleurs du monde il n'y a pas si longtemps que cela ! Encore un petit effort à réduire les budgets et à laisser la situation pourrir, enfoirés !