l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables de ses populations surexploitées...


Le pouvoir n'est que la partie visible de l'infamie de ceux qui le détiennent - Roland Topor

> un business en or, Elsan ; des pratiques très "limites" du géant des cliniques privées

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde, mondialisation, presse, santé Mots clés : aucun

          On ne devient pas numéro un par hasard. C’est ce que “Marianne” a pu constater en enquêtant sur Elsan, le premier groupe de cliniques privées en France. Factures abusives, encouragements à hospitaliser, avantages financiers pour draguer les blouses blanches... Plongée dans le système très opaque et fort rentable d’Elsan. ( par Margot Brunet et Bruno Rieth )

          C'est un groupe très discret, et pourtant omniprésent : Elsan. Ses cliniques sont partout en France. Ce sont 172 cliniques,7500 médecins. 4.2 millions de patients chaque année. De quoi se hisser tout en haut du podium des groupes d'hôpitaux privés. Ce nom, la justice le connaît bien. En 2019, quatre dirigeants d’Elsan étaient mis en examen pour « banqueroute» et « escroquerie au jugement ». La magistrate chargée de l’enquête avait qualifié leurs pratiques de « particulièrement cyniques ». Un cynisme qui semble avoir perduré jusqu’à aujourd'hui. L’une des cliniques du groupe, située à Nancy, est au cœur d’une nouvelle affaire judiciaire dite des dialyses abusives.

(...) suite de ce grand article dans le magazine Marianne n° 1422 du 13 juin 2024

C'est encore un pillage organisé de la France par un groupe d’investisseurs - qui a racheté, entre autres, toutes les cliniques privées de mon département qui deviennent jour après jour de véritables usines sans aucun état d'âme - et qui a été acquis en 2020 par KKR, une entreprise d'investissement américaine. Voilà, tout est dit...

 

🧻 les CSL ou Commerçants Sans Limite...

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : presse, santé Mots clés : aucun


Médecine à deux vitesses

          Devant passer un scanner de contrôle, j’ai demandé un rendez-vous par Internet à un centre d’imagerie. Sur le formulaire de demande, il est indiqué que je dois accepter un dépassement d’honoraires si je veux passer plus vite. Je suis outré par cette médecine à deux vitesses, d’autant que je suis bénéficiaire de l’ALD. - Dominique B., Le Mans (72) -

O.C. SANTE : Il arrive que les centres d’imagerie proposent deux systèmes tarifaires sur des créneaux horaires distincts. Les plages de rendez-vous en secteur 1, n’entraînant pas ou peu de dépassement, sont alors prises d’assaut. À l’inverse, les délais d’attente sont bien moindres pour les plages en secteur 2, qui permettent les dépassements d’honoraires. Dans ce type de situation, payer plus cher est souvent la seule option pour obtenir un rendez-vous rapide. Les plus chanceux n’auront pas à débourser davantage, car leur complémentaire santé règle le reste.

Mais cette stratégie est susceptible de faire flamber le montant des futures cotisations. Pour les autres, il faut régler le surcoût de sa poche. Ce système est parfaitement légal, mais très injuste. D’abord pour les personnes n’ayant pas les moyens de régler ce dépassement, mais aussi pour celles qui, comme vous, sont suivies dans le cadre d’une maladie longue et coûteuse. En effet, le dispositif ALD (affection de longue durée) permet un remboursement intégral des soins associés à la pathologie, mais cela n’inclut pas les dépassements d’honoraires.

Il y a bien quelque part quelqu'un qui a décidé et permit que cette injustice flagrante, qui profite encore une fois aux plus riches, soit légale !

 

> pas de cadeaux pour les labos

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : europe de merde, presse, santé Mots clés : aucun

          Si l’on regarde froidement la situation de l’accès au médicament en France, le constat est navrant. D’un côté, de nombreux médicaments nouveaux sont vendus à des prix qui dépassent l’entendement alors qu’ils n’apportent souvent qu’un bénéfice minime pour les malades, mettant en péril la pérennité du financement de notre système de soins. De l’autre côté, un nombre croissant de médicaments, souvent anciens mais salvateurs, sont en tension d’approvisionnement, voire en rupture de stock, laissant les malades dans le désarroi et aggravant leur état de santé.

          En résumé : excès de superflu et pénurie de l’essentiel. Face à cette absurdité, 14 associations, dont France Assos Santé, Prescrire et l’UFC-Que Choisir, publient, mi-mai 2024, une « ordonnance pour garantir l’accès et maîtriser les prix des médicaments ». Dans ce front commun, elles démontrent que « la société civile a tout intérêt à se mobiliser » et qu’on ne peut laisser les seules autorités négocier avec les laboratoires.

          En France, par exemple, une augmentation de 10 % du prix de l’amoxicillinc a été consentie dans l’espoir de garantir l’approvisionnement de cet antibiotique indispensable... sans que cela n’ait eu d’effet « ni positif ni négatif », de l’aveu même des autorités de santé. Autre exemple : la Commission européenne envisage de récompenser les labos qui commercialiseront un nouvel antibiotique (on en a grand besoin) par des mesures lucratives... qu’ils pourraient appliquer sur le médicament de leur choix (et potentiellement beaucoup plus cher !). Avec de tels cadeaux, les intérêts financiers privés continuent de prévaloir sur ceux de la santé publique. ( Perrine Vennetier, rédactrice en chef )

 

Évidemment, l'union européenne de merde favorise les labos à outrance au mépris de la santé publique, pourquoi, facile :

l'objectif > rendre les médicaments aussi chers qu'aux USA et leurs actionnaires aussi riches qu'aux USA...

 

> tout pour les médecins, moins que rien pour les chômeurs

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : presse, santé Mots clés : aucun

          Un salaire en hausse de 13 %. Scandale ! Voilà en effet ce qu’ont obtenu les conducteurs de bus de la RATP, les boulangers et les taxis parisiens à l’approche des JO. On connaît leur détestable stratagème habituel : plus de bus, de baguettes ni de RMC à fond dans les oreilles, les usagers ne peuvent renoncer à tout cela, ils passent à la caisse tête baissée.

           Sauf que, non. Je vous ai fait une blague, hi, hi ! Cette hausse, ce sont les gentils médecins à 6 000 euros net par mois en moyenne - une fois tous les frais déduits, et ça, c’est seulement pour les généralistes, oui, c’est le vrai chiffre - qui l’ont obtenue. Passer la consultation de 26,50 euros à 30 euros ? Ces cons de Français sont pour !

               D'ailleurs, de plus en plus de médecins se déconventionnent, parce que 26,50 euros, c’est vraiment pas assez. Savez-vous qu’il existe même un mouvement d'adorables toubibs, nommé Médecins pour demain, qui demande que le tarif de la consultation passe à 50 euros? Et pourquoi pas 500, dites, vous qui avez tant souffert durant vos études intégralement payées par chacun d’entre nous ?

► pour lire la suite...

> Nvidia prépare des humains artificiels avec sa technologie ACE

Rédigé par webmestregg Aucun commentaire
Classé dans : santé Mots clés : aucun

          Le champion actuel des puces dédiées à l'intelligence artificielle a fait plusieurs annonces lors du Computex 2024. L'une des plus intéressantes concerne une technologie permettant de créer des "humains numériques".

          Le géant technologique Nvidia s'est imposé comme le champion incontesté dans le domaine des puces dédiées à l'intelligence artificielle. Ses circuits électroniques équipent en effet la grande majorité des serveurs et des centres de données utilisés pour entraîner et exécuter des modèles d'IA. Mais si l'entreprise est si puissante sur ce secteur, ce n'est pas uniquement grâce à ses composants matériels, mais également à son vaste écosystème d'outils de développement logiciels.

          Auprès du grand public et des joueurs, sa technologie d'IA la plus connue est sans doute le DLSS, une technique d'amélioration et d'accélération du rendu graphique dans les jeux vidéo. Cependant, l'entreprise ne compte pas pas se cantonner au secteur vidéoludique et veut conquérir des pans bien plus larges de l'industrie et des services avec ses produits d'IA. Et l'un des derniers en date, annoncé lors du Computex 2024, se montre aussi fascinant que dérangeant.

Nvidia ACE : des humains numériques animés par l'intelligence artificielle

          Des « microservices d'humains numériques », c'est sous cette appellation que l'entreprise dirigée par Jensen Huang présente sa technologie Nvidia ACE, acronyme de Avatar Cloud Engine. Derrière ce nom se cache une suite d'outils logiciels capables d'animer des personnages virtuels, en les dotant de capacités étonnantes : reconnaissance du texte, de la voix et des images, compréhension du langage naturel, génération de réponses textuelles et vocales, animation du visage et synchronisation labiale de modèles en 3D, le tout en temps-réel.

          Ces prouesses technologiques sont permises par la conjonction de la puissance de calcul des puces Nvidia RTX d'une part, et par l'émergence des Grands Modèles de Langage d''autre part. La technologie Nvidia ACE n'est pas tout à fait inédite et avait déjà été montrée il y a quelques mois, et l'entreprise la présentait alors comme une solution pour rendre les personnages non-joueurs plus interactifs et plus vivants dans les jeux vidéos. Mais ce que Nvidia propose désormais semble aller beaucoup plus loin.

          Dans son communiqué du Computex 2024, l'entreprise annonce en effet « la disponibilité générale des microservices d'IA générative NVIDIA ACE pour accélérer la prochaine vague d'humains numériques » et cite explicitement trois industries en particulier qui devraient profiter de ces outils, le jeu vidéo bien évidemment, mais également le service client et le secteur de la santé.

          La proposition de Nvidia ACE pour ces secteurs d'activité est simple : créer de véritables « humains numériques », dotés d'une représentation visuelle en 3D et d'une voix, capables d'interagir naturellement et en temps réel avec les clients et les patients. De quoi ringardiser instantanément les robots conversationnels capricieux auxquels nous sommes régulièrement confrontés sur les sites Web et les boites vocales, comme ChatGPT l'a fait en 2022 mais à un niveau encore supérieur. -source -

Voilà, on y est, la révolution numérique des I.A. va changer notre société en profondeur comme a pu l'être internet à son époque. Après la visio-consultation, on aura affaire - bien plus vite qu'on ne le pense - à des " médecins numériques " et beaucoup d'autres "services" relatifs à la santé. Et, pour désengorger les médecins généralistes ou spécialistes ou les hôpitaux, passage obligatoire préalable par un médecin numérique...