France 2023 : smic mensuel net 1.353 €, ( minimum vieillesse 916 €, RSA 598 € et salaire médian net 1.957 € )
Dette de la France début 2023 : 3 000 Md€, soit 113 % du PIB, + 582 milliards en 3 ans...
en 2023, n'oubliez pas cet adage : " ils font semblant de nous payer, on fait semblant de travailler "...

L'union européenne est l'ennemi cupide, perfide et impitoyable de ses populations


_____ 🐒 ____________________________________________________

> viande de cheval

Classé dans : presse

Coups de sabots dans l'assiette

          Plus fort encore que les fameuses lasagnes fourrées en douce à la viande de cheval : des canassons de laboratoire débités en steaks pour être vendus en boucheries. Quatre ans après le procès Spanghero, qui avait révélé une gigantesque fraude sur plus de 4 millions de plats cuisinés au bœuf farcis de 550 tonnes de viande de cheval, une autre hallucinante escroquerie chevaline vient d'être jugée à Marseille.

          Tout a commencé en 2012 par une lettre anonyme qui a mis la Brigade nationale d'enquêtes vétérinaires et phytosanitaires (BNEVP) sur la piste de chevaux d'expérimentation écoulés frauduleusement auprès de bouchers d'Occitanie. Des canassons qui n'auraient jamais dû finir dans l'assiette, vu que Sanofi Pasteur les avait utilisés pour tester des vaccins antirabiques et antivenimeux. Pour blanchir cette viande tamponnée « impropre à la consommation », le grossiste au cœur du trafic escamotait dans les documents d'identification la trace des essais de médicaments endurés par les pauvres bêtes, certains canassons sans papiers se voyant attribuer l'identité de congénères décédés, tout ça grâce à des vétos véreux. Dans son réquisitoire haché menu, le proc a réclamé trois ans de prison, dont un ferme, pour le grossiste margoulin en chef et entre trois et six mois de taule avec sursis pour quatre vétérinaires. Jugement le 28 février.

          La semaine dernière, les juges de Marseille avaient mis les sabots dans une autre affaire équine en condamnant à quatre ans de prison, dont deux ferme, le plus gros négociant de chevaux d'Europe. Ce chevillard belge s'est fait pincer pour avoir conduit à l'abattoir municipal d'Alès, dans le Gard, entre 2010 et 2015, 500 chevaux dont le passeport d'identification ou le carnet de traitement médicamenteux avait été falsifié. Parmi eux, de vieux chevaux de course mis en pension par leurs propriétaires pour qu'ils profitent d'une retraite heureuse...

          Depuis un règlement européen de 2008, chaque cheval doit avoir des papiers d'identité et être pucé. Une traçabilité censée mettre fin aux magouilles équines. Sauf que, faute de moyens, les contrôles se font au petit trot. Embêtant, quand on sait que les Français avalent 9 000 tonnes de viande de cheval par an. Si les trois quarts de cette bidoche sont importés, on transforme tout de même en steaks 6 000 chevaux par an ! Un manège infernal...

Des peines de prison demandées avec sursis pour 4 vétérinaires qui méritent largement plus d'1 an de prison ferme !!! Les gueux ne bénéficieraient pas d'une telle clémence, au contraire ! Une belle incitation pour frauder aux margoulins de la profession...

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

> les assureurs opportunistes

Classé dans : autres

Pour faire encore plus d'affaires, les assureurs opportunistes

          S’il y a un secteur qui se réjouit à chaque réforme des retraites, c’est bien celui des assureurs et autres vendeurs de produits d’épargne retraite par capitalisation. Certes, la dernière en date, version Macron, n’est pas le Grand Soir marquant la fin de la retraite par répartition façon Sécu. Mais les promoteurs du modèle anglo-saxon des fonds de pension s’attendent à voir débouler des milliards d’euros dans leurs caisses. Comme à chaque coup de canif dans la solidarité intergénérationnelle. Le discours se devine d’avance : au slogan « Travailler plus pour gagner moins » s’ajoutera « Il faut donc épargner davantage, confiez-moi votre argent ».
          Philippe Trainar, le chef économiste de la Scor, un des plus gros acteurs français du secteur des assurances, ne s’en cache pas dans une récente tribune publiée sur le site de Boursorama : « La réforme envisagée par le gouvernement confirme donc l'incertitude qui plane sur les retraites à venir et la nécessité pour la majorité des Français de se protéger par rapport à une forte baisse de pouvoir d'achat lors du passage à la retraite. (...) Il est encore plus impératif aujourd’hui qu'hier de se constituer une épargne retraite. »
          Ça tombe bien, le gouvernement a encore récemment étendu les avantages fiscaux de la capitalisation avec notamment le plan d’épargne retraite (PER), considéré comme « un succès majeur » par Bruno Le Maire, ministre de l’Économie. Six millions de personnes ont souscrit un PER, soit deux fois l’objectif initial. Au total, les produits d’épargne retraite, à commencer par le fameux Madelin, concentrent 280 milliards d’euros. (Emmanuel Lévy)

Les assureurs sont les GRANDS AMIS de Macron qui les favorisent à outrance aux détriments de la population, comme ils l'étaient d'ailleurs avec tous les gouvernements précédents (et plus particulièrement avec l'infâme François Fillon)  ...  voir wikipédia > Henri de Castries et le groupe Bilderberg

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

🎨 Ta Byrne, vous connaissez ?

Classé dans : arts

          Ta Byrne est née en 1974 à Koh Samui (Thaïlande), ses peintures à l'huile sont vibrantes, accrocheuses et pleines d'humour. Ta Byrne se concentre sur les êtres humains dans ses peintures figuratives, mais elle abstrait ces figures en les déformant et en utilisant un style cartoon pour créer un effet plus humoristique. Si son travail est essentiellement figuratif, elle incorpore des éléments surréalistes dans nombre de ses tableaux, ce qui fait d'elle l'une des artistes les plus passionnantes travaillant en Thaïlande aujourd'hui.

Lire la suite de 🎨 Ta Byrne, vous connaissez ?

_____ 🐒 ____________________________________________________

> qu'en est-il du régime spécial de retraite des sénateurs ?

Classé dans : presse

Le Sénat mettra-t-il à la diète son "régime spécial" ?

          Plus qu’à l’Assemblée nationale, les élus LR du Sénat font partie des premiers soutiens au projet de réforme des retraites. Avec, tout de même, des objections, en particulier sur les fameux régimes spéciaux. Pas question, s’indignent-ils, d’en supprimer seulement quelques-uns et de réserver cette mesure aux nouveaux embauchés, comme le prévoit le texte gouvernemental. Le président, Gérard Larcher, l’a d’ailleurs rappelé à « Challenges » (19/1) : « Nous avions proposé une fermeture des régimes spéciaux dès 2032. » Bruno Retailleau, de son côté, sur Public Sénat (26/1), évoquait carrément « une injustice : regardez la RATP ». Les agents de cette dernière, selon les chiffres de Bercy, touchent en moyenne 2 770 euros brut par mois, soit deux fois la moyenne des retraités français (1 434 euros).
          Problème : les sénateurs font largement mieux et ne s’en vantent pas. Le Palais du Luxembourg n’a pas répondu au « Canara » sur le montant actuel, mais la dernière somme rendue publique sur son site faisait état d’une valeur moyenne (pour tous les élus, quel que soit le nombre de mandats), « hors majoration pour enfants (...), d’environ 3 856euros »... net ! Les sénateurs vont-ils abolir cet odieux privilège ?

On attend de voir...

Sans oublier leurs retraites "complémentaires" de député et/ou banquier ou chef d'entreprise ou entrepreneur ou avocat ou médecin,...