l'union européenne et la finance sont les ennemis cupides, perfides et impitoyables de ses populations surexploitées...


Un seul mensonge fait plus de bruit que cent vérités - Georges Bernanos
_____ 🐒 ____________________________________________________

> un business en or, Elsan ; des pratiques très "limites" du géant des cliniques privées

          On ne devient pas numéro un par hasard. C’est ce que “Marianne” a pu constater en enquêtant sur Elsan, le premier groupe de cliniques privées en France. Factures abusives, encouragements à hospitaliser, avantages financiers pour draguer les blouses blanches... Plongée dans le système très opaque et fort rentable d’Elsan. ( par Margot Brunet et Bruno Rieth )

          C'est un groupe très discret, et pourtant omniprésent : Elsan. Ses cliniques sont partout en France. Ce sont 172 cliniques,7500 médecins. 4.2 millions de patients chaque année. De quoi se hisser tout en haut du podium des groupes d'hôpitaux privés. Ce nom, la justice le connaît bien. En 2019, quatre dirigeants d’Elsan étaient mis en examen pour « banqueroute» et « escroquerie au jugement ». La magistrate chargée de l’enquête avait qualifié leurs pratiques de « particulièrement cyniques ». Un cynisme qui semble avoir perduré jusqu’à aujourd'hui. L’une des cliniques du groupe, située à Nancy, est au cœur d’une nouvelle affaire judiciaire dite des dialyses abusives.

(...) suite de ce grand article dans le magazine Marianne n° 1422 du 13 juin 2024

C'est encore un pillage organisé de la France par un groupe d’investisseurs - qui a racheté, entre autres, toutes les cliniques privées de mon département qui deviennent jour après jour de véritables usines sans aucun état d'âme - et qui a été acquis en 2020 par KKR, une entreprise d'investissement américaine. Voilà, tout est dit...

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

🧻 les CSL ou Commerçants Sans Limite...

Classé dans : presse, santé


Médecine à deux vitesses

          Devant passer un scanner de contrôle, j’ai demandé un rendez-vous par Internet à un centre d’imagerie. Sur le formulaire de demande, il est indiqué que je dois accepter un dépassement d’honoraires si je veux passer plus vite. Je suis outré par cette médecine à deux vitesses, d’autant que je suis bénéficiaire de l’ALD. - Dominique B., Le Mans (72) -

O.C. SANTE : Il arrive que les centres d’imagerie proposent deux systèmes tarifaires sur des créneaux horaires distincts. Les plages de rendez-vous en secteur 1, n’entraînant pas ou peu de dépassement, sont alors prises d’assaut. À l’inverse, les délais d’attente sont bien moindres pour les plages en secteur 2, qui permettent les dépassements d’honoraires. Dans ce type de situation, payer plus cher est souvent la seule option pour obtenir un rendez-vous rapide. Les plus chanceux n’auront pas à débourser davantage, car leur complémentaire santé règle le reste.

Mais cette stratégie est susceptible de faire flamber le montant des futures cotisations. Pour les autres, il faut régler le surcoût de sa poche. Ce système est parfaitement légal, mais très injuste. D’abord pour les personnes n’ayant pas les moyens de régler ce dépassement, mais aussi pour celles qui, comme vous, sont suivies dans le cadre d’une maladie longue et coûteuse. En effet, le dispositif ALD (affection de longue durée) permet un remboursement intégral des soins associés à la pathologie, mais cela n’inclut pas les dépassements d’honoraires.

Il y a bien quelque part quelqu'un qui a décidé et permit que cette injustice flagrante, qui profite encore une fois aux plus riches, soit légale !

 

_____ 🐒 ____________________________________________________

🔨 BLOB du jour

Classé dans : blob

         " Je commence à en avoir marre de ces discours permanents sur « la simplification des normes ». Comme si elles avaient été créées juste pour faire chier le monde.

          Vous prendrez l’avion si tout n’était pas normé à fond ? Vous roulerez en voiture sans être inquiets si les contraintes qui s’imposent aux constructeurs sur la sécurité des différents éléments n’existaient pas ? Vous serez rassurés si ce que vous mangez n’était pas contrôlé ? Vous ferez confiance à une banque sans contrôle prudenciel ? " - source -

_____ 🐒 ____________________________________________________

> pas de cadeaux pour les labos

Classé dans : europe de merde, presse, santé

          Si l’on regarde froidement la situation de l’accès au médicament en France, le constat est navrant. D’un côté, de nombreux médicaments nouveaux sont vendus à des prix qui dépassent l’entendement alors qu’ils n’apportent souvent qu’un bénéfice minime pour les malades, mettant en péril la pérennité du financement de notre système de soins. De l’autre côté, un nombre croissant de médicaments, souvent anciens mais salvateurs, sont en tension d’approvisionnement, voire en rupture de stock, laissant les malades dans le désarroi et aggravant leur état de santé.

          En résumé : excès de superflu et pénurie de l’essentiel. Face à cette absurdité, 14 associations, dont France Assos Santé, Prescrire et l’UFC-Que Choisir, publient, mi-mai 2024, une « ordonnance pour garantir l’accès et maîtriser les prix des médicaments ». Dans ce front commun, elles démontrent que « la société civile a tout intérêt à se mobiliser » et qu’on ne peut laisser les seules autorités négocier avec les laboratoires.

          En France, par exemple, une augmentation de 10 % du prix de l’amoxicillinc a été consentie dans l’espoir de garantir l’approvisionnement de cet antibiotique indispensable... sans que cela n’ait eu d’effet « ni positif ni négatif », de l’aveu même des autorités de santé. Autre exemple : la Commission européenne envisage de récompenser les labos qui commercialiseront un nouvel antibiotique (on en a grand besoin) par des mesures lucratives... qu’ils pourraient appliquer sur le médicament de leur choix (et potentiellement beaucoup plus cher !). Avec de tels cadeaux, les intérêts financiers privés continuent de prévaloir sur ceux de la santé publique. ( Perrine Vennetier, rédactrice en chef )

 

Évidemment, l'union européenne de merde favorise les labos à outrance au mépris de la santé publique, pourquoi, facile :

l'objectif > rendre les médicaments aussi chers qu'aux USA et leurs actionnaires aussi riches qu'aux USA...